• <Libellé inconnu>,

Séminaire OBJETS / PROJETS // Rencontre avec Eric ALLIEZ

Publié le 27 mars 2014 Mis à jour le 13 mars 2018

Séminaire de l’Institut de Recherches Philosophiques (IREPH) Eric ALLIEZ (Kingston University, Paris VIII) : Defaire l'image - Une philosophie de l'art contemporain ? Précédé d'une présentation par A. Sauvagnargues et E. During.

Date(s)

le 1 avril 2014

mardi 1 avril 17h-19h, Batiment L, Salle L321
Lieu(x)
Université Université Paris Nanterre – Nanterre La Défense
Bâtiment L salle 321
200, avenue de la République, Nanterre
RER A / SNCF : station Université Paris Nanterreniversité
L’art contemporain a ses amateurs et ses détracteurs : des « querelles » fameuses en témoignent. Il a aussi ses spécialistes : critiques, historiens, théoriciens de l’art… philosophes ? Plus rarement. Même lorsqu’il leur arrive de s’occuper de questions d’esthétique, les amis de la sagesse s’aventurent rarement sur des terres où, paraît-il, les concepts sont livrés à un usage sauvage et incontrôlé, et où les attentes esthétiques sont par ailleurs systématiquement déjouées. Le livre récemment paru d’Éric Alliez, Défaire l’image – De l’art contemporain (Les Presses du Réel, 2013, avec la collaboration de Jean-Claude Bonne), comble un vide à cet égard. Mais il n’entend certainement pas produire une interprétation générale de l’art contemporain, encore moins une justification qui en donne enfin une image respectable, digne de l’attention des pairs. La méthode qu’il met en œuvre se réclame d’une pensée diagrammatique. En s’inspirant de ce que Deleuze disait de son propre rapport au cinéma, Éric Alliez pourrait affirmer ici : « Je n’étais pas bête au point de vouloir faire une philosophie de l’art contemporain ». Il ne s’agit pas en effet de produire une « philosophie de », mais d’investir et d’occuper un espace intermédiaire entre art et philosophie : « entre une philosophie contemporaine de l’art contemporain et un art contemporain de la philosophie contemporaine ». Et puisque le concept du « contemporain » excède toute détermination étroitement présentiste du présent, on n’échappe pas ici à la généalogie. Celle-ci est double, comme le marque la présence insistante de deux patronymes : Matisse et Duchamp. À partir de ces figures tutélaires, Défaire l’image déploie toute une constellation pensante, « une nouvelle configuration à la fois processuelle et post-conceptuelle » (Matta-Clark, Oiticica, Neto, Buren…), tout en montrant que la philosophie contemporaine s’y trouve convoquée, qu’elle le veuille ou non.

Cette séance du séminaire Objets/Projets animée par Elie During et Anne Sauvagnargues sera l’occasion de se familiariser avec ce travail imposant et singulier. Un dialogue vivant avec l’auteur s’engagera – images à l’appui – sur la base de quelques œuvres exemplairement problématiques.

Éric Alliez, professeur de philosophie à l’Université Paris 8 et à Kingston University (Londres), est également l’auteur des Temps capitaux(1991/1999), de La Signature du monde, ou qu’est-ce que la philosophie de Gilles Deleuze et Félix Guattari ? (1993), de La Pensée-Matisse (avec J.-C. Bonne, 2005), de L’Oeil-cerveau (avec la collaboration de J.-C. Martin, 2007). Il a dirigé l’édition des œuvres de Gabriel Tarde aux Empêcheurs de penser en rond.

Mis à jour le 13 mars 2018