PIERRE NIEDERGANG

  • Doctorant en philosophie
  • Thèse dirigée par Thierry Hoquet
Le désir sexuel et le pouvoir. Normalisation, normativité, réel
La problématique de ce travail de thèse part d’une interprétation de quelques problèmes contemporains au champ de la pensée queer et trans* qui peuvent être éclairés par des élaborations conceptuelles et des retours historiques sur le carré conceptuel pulsion-affect-domination-pouvoir :
- La tension toujours présente entre d’un coté, des critiques queer radicales de la psychanalyse, de l’autre, des tenant·es d’une psychanalyse non-normative
- La tension, en lien avec la première, entre des théories du désir comme pulsion et des théories de l’affect
- L’émergence de la thématique d’une « normativité queer » dans les années 2010 et la tension qui en résulte avec un héritage « anti-normatif »
- La tension entre des théories du pouvoir qui insistent sur une micro-physique du pouvoir et une critique des normes qui s’y manifestent de manière immanente, et des théories qui insistent sur des structures de domination macro et sur la nécessité de dépasser l’anti-normativité vers l’établissement de nouvelles normes.
- La tension produite dans les critiques trans* de la théorie queer entre le désir et l’identité, et les tentatives récentes d’injecter le désir dans les théories trans*
Présentées de cette manière, il me semble que ces tensions pointent manifestement vers une réflexion conceptuelle autour du rapport désir-pouvoir et dont les coordonnées sont celles du carré pulsion-affect-domination-pouvoir.
La question est donc, comment conceptualiser le rapport entre désir et pouvoir de manière à permettre l’enquête et l’exploration des différentes manières dont le désir est informé par le pouvoir ? Peut-on réduire cette relation à celle d’une loi qui réprimerait le désir ? Sans doute que non, alors comment ont été pensées et comment penser aujourd’hui d’autres manières dont le désir est « orienté » par le pouvoir ? Et surtout comment penser positivement la production du désir par le pouvoir ? Et qu’est-ce que cette production implique du point de vue de la résistance ?
À partir de là, un certains nombres d’axes problématiques, dont découle la structure de ce travail, peuvent être dégagés :

1) Un axe définitionnel qui constitue le chapitre 1 & 2 : Qu’est ce que le désir ? Est-il une réalité pulsionnelle inaccessible à la conscience mais structurant de manière sous-jacente et inconsciente nos comportements ? Ou est-il une réalité affective ressentie consciemment qui doit être comprise en interaction constante avec les autres réalités affectives sans avoir de primauté particulière ? Comment articuler une conception à la fois pulsionnelle et affective du désir ?
Qu’est-ce que le pouvoir ? Est-il réductible à des phénomènes de domination ? Si non, suffit-il de considérer le pouvoir comme des rapports de force multiples et circulants partout entre et dans les corps ? Cela ne constitue-t-il pas une conception, au fond, « dépolitisante » du pouvoir ? Et comment alors articuler la pensée du pouvoir comme rapport de force micro et les pensées de la domination, notamment en ce qui concerne la sexualité et le désir ?
2) Axe d’interrogation de la tension entre l’imaginaire et le réel, structurante selon moi, dans le rapport entre les pensées françaises des années 60-70 et les théories féministes et queer, qui constitue le chapitre 3 & 4 : à quoi répond la critique du « fantasme » dans les années 60 et la mise en avant du « réel » dans le rapport entre le désir et le pouvoir ? Quels gains y a-t-il a réhabiliter, comme le font notamment les critiques féministes du cinéma, la question de la normalisation fantasmatique du désir ?
D’un autre coté, que signifie le rejet par certaines théories constructivistes, de ce qu’on appellerait le réel ? Cet abandon d’une accroche au réel du corps, pour ne penser que sa production symbolique et imaginaire, ne pose-t-il pas le problème d’un manque d’appui pour une nouvelle normativité queer qui permette de distinguer l’acceptable de l’inacceptable dans la sexualité (violence sexuelle, etc) ?
3) Axe « sexuel » qui revient sur les notions d’hétéro/homo/bisexualité et d’orientation à partir du bagage conceptuel construit à partir des réflexions précédentes, et de la rupture causée dans ces alternatives par les pensées trans (chapitre 5) : Quel est le rôle du sexe dans le rapport entre désir et pouvoir ? Comment penser la distinction de « sexe » d’une manière qui fasse droit à sa pluralité ? Comment maintenir les catégories d’homosexualité, hétérosexualité ou bisexualité dans un moment de changement de paradigme sexuel - comme dirait Preciado ?


Evènements


Année universitaire 2019-2020 :

Co-organisation avec Thierry Hoquet du séminaire du département de philosophie de l’Université Paris-Nanterre intitulé « Désirs/Désordres » prenant la forme d’un séminaire de lecture

Année universitaire 2020-2021 :
Co-organisation avec Thierry Hoquet du séminaire du département de philosophie de l’Université Paris-Nanterre intitulé « Sexes, Genres, Réels » prenant la forme d’un séminaire de lecture

Avec Emmanuel Levine, organisation d’une journée d’étude « Nouvelles perspectives sur Judith Butler », à l’Université Paris Nanterre le 21/01/2021

Communications


30 Janvier 2017 :
Intervention au « Séminaire Genre » de l’École Normale Supérieure (Ulm) Intitulé de l’intervention : « Paul Preciado - Pouvoir en corps »

21 Janvier 2020 :

Intervention à la Journée d’Étude « Corps normal, corps idéal » à l’université Rennes 2
Intitulé de l’intervention : « Des corps normés aux désirs normalisés - Penser la subjectivation des normes à partir des critiques féministes du cinéma »

7 Décembre 2020 :
Intervention aux doctoriales du laboratoire de l’Institut de Recherche Philosophiques (IRePh) Intitulé de l’intervention : « Tou·te·s pas tou·te·s. Subversion du lacanisme #1 »

21 Janvier 2021 :
Intervention lors de de la journée d’étude en ligne « Nouvelles perspectives sur Judith Butler » à l’Université Paris-Nanterre
Intitulé de l’intervention : : « Bon... C’est quand qu’on jouit ? Judith Butler, ses critiques et la question du hors norme »

11 Juin 2021 :

Intervention au colloque international « Queering the City : A Transatlantic Perspective » organisé par la fondation des États-Unis à l’Université Paris-Nanterre
Intitulé de l’intervention : « Éléments pour une érotopologie politique : Désirs, normes, espaces »

18 Juin 2021 :

Intervention au colloque « Désirs, attraits et peurs des frontières : les Amériques dans tous leurs états » à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Intitulé de l’intervention : « Frontières, hybridité et imaginaire morphologique : lire Borderlands/La Frontera de Gloria Anzaldúa avec Judith Butler et Gilles Deleuze »

9 Juillet 2021 :
Intervention-discussion avec Caroline Honorien à La Maison Populaire de Montreuil, dans le cadre de la sortie française de Cruiser l’utopie de José Esteban Muñoz

24 Août 2021 :

Intervention à L’alcôve, lieu d’exposition dirigé par Clément Gagliano et Valentin Gleyze.
Intitulé de l’intervention : « Alcôve間Anus. Pour une théorie queer de l’intervalle »

21 Octobre 2021 :
Intervention au colloque « Queering the groove » à l’Université de la Ville de Dublin (DCU)
Intitulé de l’intervention : « The Farmer’s seduction. How Mylène Farmer made me the faggot that I am »

25/26 Novembre 2021 :

Intervention au colloque « ANTIHUMANISME(S). FORMES, RÉFLEXIONS ET REPRÉSENTATIONS » à L’Université de Paris
Intitulé de l’intervention : « Monstruosités sexuelles, monstruosités divines : autour des devenirs chez Gloria Anzaldúa »

Publications


- Depuis 2019 : contributeur à la revue littéraire en ligne Diacritik (https://diacritik.com/tag/pierre-niedergang/)

- Avec Tal Piterbraut-Merx, « Violence sexuelle ou « initiation » ? », GLAD! [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, URL : http://journals.openedition.org/glad/2734

- « Éléments pour une érotopologie politique : Désirs, normes, espaces », Atlantica (En cours)

- « Des corps normés aux désirs normalisés - Penser la subjectivation des normes à partir des critiques féministes du cinéma », En Marges ! (En cours : sortie prévue en Novembre 2021)

Enseignements


- 2019/2020, TD de troisième année de licence « Philosophie, littérature, cinéma ». Sujet choisi : "Subjectivité, désirs, cinéma. Introduction aux critiques féministes du cinéma »
- 2020/2021, 2021/2022,  TD de troisième année de licence « Philosophie du genre ». Sujet choisi : « Autour de Gender trouble de Judith Butler »
- 2020/2021, TD de premier année de licence « Philosophie et problèmes du temps présent ». Sujet choisi : « Le dispositif de la sexualité, autour de Michel Foucault"

Mis à jour le 09 septembre 2021