Colloque international "Faire (et penser) avec la doxa dans les dialogues de Platon"

Publié le 2 juillet 2024 Mis à jour le 4 juillet 2024

Colloque international "Faire (et penser) avec la doxa dans les dialogues de Platon"

Date(s)

du 11 septembre 2024 au 12 septembre 2024

Mercredi 11 septembre, de 13h30 à 18h30
Jeudi 12 septembre, de 9h30 à 18h30
Lieu(x)

Bâtiment Paul Ricoeur (L)

Le colloque aura lieu au Bâtiment Weber (W), Salle de séminaire 2
 

"Faire (et penser) avec la doxa dans les dialogues de Platon"

La doxa se réduit-elle dans les dialogues platoniciens à une « simple opinion », que sa valeur épistémologique inférieure rendrait aisément dispensable lorsqu’il s’agit de penser ? Il est d’autant plus difficile de concevoir cet « intermédiaire entre l’être et le non-être », avec lequel jouent les énigmes, que son extension sémantique est immense : semblant, jugement, croyance, mais aussi réputation, opinion publique, attente … sont des traductions possibles de doxa entre lesquelles il est, selon les contextes, difficile de choisir. Sans doute la plasticité de la doxa se laisse-t-elle parfois saisir à travers les multiples combinaisons dans lesquelles elle est prise, qu’elles soient ontologiques et épistémologiques, mais également sociales et politiques, éthiques, rhétoriques.

Objet d’analyses rigoureuses, mais peut-être aussi trop rigides pour en saisir la richesse, la doxa a reçu une attention accrue dans le domaine de l’épistémologie platonicienne et aristotélicienne. Le rôle joué par la doxa en matière de connaissance, en lien avec la sensation et l’imagination, a été largement débattu, ainsi que sa dimension passive (semblance) et active (contenu mental, propositionnel, intentionnel ou non, croyance et supposition), tout de même que son « objet » potentiel (sensible, Formes). Cela aussi, sans doute, au détriment d’usages qu’on rabat si volontiers sur la mauvaise doxa de la foule, sans prêter attention à sa constitution, à sa puissance, à son rôle éthique et politique, jusqu’à la formation de l’opinion publique dans la première modernité.

L’objet de ce colloque est de mieux cerner la puissance de la doxa, dans les dialogues, lorsque la pensée s’y trouve nécessairement confrontée. À quelles conditions la doxa peut-elle servir de point de départ, voire de socle, pour la pensée ? Pourquoi est-il nécessaire de recourir à la doxa dans certaines situations argumentatives, éthiques et politiques ? Comment la pensée doit-elle appréhender la doxa, relativement à son sens d’opinion publique et de réputation, afin que cette dernière ne se présente plus comme un critère épistémologique valable ? C’est à travers ces questions que ce colloque s’efforcera d’examiner comment la caractérisation épistémologique et ontologique de la doxa est d’autant mieux saisie qu’on l’envisage à la lumière d’une plus grande variété d’états (épistémiques, mais aussi sociologiques), qui lui sont intrinsèques, et que la pensée platonicienne de l’opinion prend aussi en considération, jusque dans sa dimension critique.

Programme définitif à venir.

Partenaires :
Organisation du colloque : 
Olivier Renaut (orenaut@parisnanterre.fr) 
Nicolas Le Merrer (lemerrernicolas@gmail.com)

Mis à jour le 04 juillet 2024