• Colloques,
  • Conférence/Rencontre/Débat (recherche),

Journée d'étude "Philosophies et sociologies des neurosciences aujourd'hui"

Publié le 29 janvier 2015 Mis à jour le 13 mars 2018

Organisée par L'institut de Recherches Philosophiques (IRePh) de l'Université Université Paris Nanterre et le Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES 3) du CNRS et de l'Université Descartes Paris 5, à l'occasion de la parution en 2014 de l'ouvrage Neuroscepticisme de Denis Forest aux Éditions Ithaque.

Date(s)

le 19 février 2015

Université Université Paris Nanterre
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex

Bâtiment B, salle B015 (Salle des thèses)

9h15 accueil
9h30 début des interventions.  

Lieu(x)
<Libellé inconnu>
Les neurosciences cognitives ne constituent pas seulement un domaine de recherches particulièrement divers et dynamique, qui s’étend à de nombreux nouveaux  champs (neuro-économie, neurosciences sociales, neurosciences affectives).  Elles sont également l’objet d’un ensemble d’interrogations que suscitent leurs ambitions théoriques, comme leurs techniques d’investigation et leur inscription sociale. A leur tour, ces interrogations conduisent à en raviver d’autres, de portée épistémologique plus générale  -à quoi reconnaît-on une bonne preuve, une explication valide, un programme de recherche fécond, et elles conduisent à un débat de fond sur la portée de ces travaux, les transformations qu’ils induisent et l’idée de nous-mêmes qu’ils engagent : des neurosciences à « l’homme neuronal », la conséquence est-elle bonne ?  Dans son livre récent Neuroscepticisme (Ithaque, 2014) Denis Forest a voulu présenter ce débat et examiner le bien-fondé de critiques régulièrement reformulées : fragilité des preuves, usages intéressés, confusion entre l’individu qui pense et son cerveau, faible gain théorique que procurerait la connaissance des « corrélats de », négligence coupable à l’égard de ce sans quoi le cerveau ne ferait pas ce qu’il fait (corps, environnement), réduction hâtive du social au neurobiologique. Il se prononce en faveur d’une forme de « scepticisme organisé » qui a vocation à accompagner la recherche, et non à la condamner sans appel.  Co-organisée par le Cermes 3 (Paris Descartes) et l’Ireph (Université Paris Nanterre) la journée « Philosophies et sociologies des neurosciences aujourd’hui » sera l’occasion de discuter les options défendues dans le livre, mais aussi de présenter, dans toute sa diversité, l’état de l’art en matière de recherche sur les neurosciences contemporaines.

Mis à jour le 13 mars 2018